Consulter un coach vous a traversé l’esprit ?

Post image

Consulter un coach vous a traversé l’esprit ?


Conseils, explications, approfondissements :

Vous ne pourrez plus dire à la fin de cet article que le coaching n’est pas fait pour vous.

Entendu en séance : “C’est une idée reçue mais pour beaucoup de personnes, se faire accompagner c’est déjà montrer que l’on n’est pas à la hauteur.” Se faire coacher reste un tabou pour beaucoup de personnes, qu’ils soient salariés, cadres, chefs d’entreprise ou dirigeants. Le suivi se fait souvent dans le secret, à l’abri de ses collègues ou de sa hiérarchie, voire de ses proches, parfois. Pourtant, l’accompagnement professionnel n’est pas un aveu de faiblesse, bien au contraire !

Consulter un coach n’est pas une pathologie. Il apporte simplement un espace de discussion et de réflexion que ni l’environnement de travail ni les proches ne peuvent combler. J’ai d’ailleurs consacré un billet à ces dirigeants d’entreprises qui ne savent pas vers qui se tourner pour régler leurs questionnements : ils ne peuvent ni trouver du soutien auprès de leur “N-1”, ni auprès de leur famille pour éviter de polluer leur vie privée par le boulot. Le coaching permet de retrouver un équilibre sain entre vie professionnelle et vie personnelle.

Un coach n’est ni un psy, ni un conseiller de l’ombre

Aucun coach ne vous demandera de vous allonger sur un divan. Le coach est là pour évaluer la situation avec un regard extérieur. C’est le plus important. Ce regard va permettre à la fois de briser vos perceptions faussées et de débloquer un certain nombre de difficultés. Concrètement, les séances alternent entre des sessions de réflexion, de cheminement vers un objectif voire d’entraînement et de bilan. Selon les besoins, l’accompagnement permet alors de désamorcer ses zones de stress, relativiser, anticiper et construire ses next-step, mais aussi gérer les problématiques rencontrées, faciliter ses prises de décisions, ses relations professionnelles, être plus impactant, mieux envisager une prise de fonction. Plus simplement : il permet de faciliter sa vie professionnelle. Pourquoi s’en priver ?

Contrairement aux idées reçues, le coach n’est pas un conseiller de l’ombre. En réalité, un (bon) coach posera davantage de questions qu’il ne donnera de réponses ! Un de mes “clients” m’avouait récemment qu’il avait peur d’être jugé. Ses craintes se sont effondrées au fur et à mesure des séances. Le coach n’est pas là pour prendre des décisions, ni pour vous dire ce que vous avez à faire. Il vous aide à lever la tête, respirer un coup et prendre de la hauteur. Les blocages au travail ne sont jamais insurmontables.

Le coaching est rentable pour l’entreprise

Les anglo-saxons reconnaissent depuis longtemps qu’il est nécessaire de verbaliser ses questionnements, de les partager, de confronter sa vision de l’entreprise avec les autres, d’échanger. Aux Etats-Unis, les cadres et dirigeants ont quasiment tous un coach. En Grande-Bretagne, le coaching représente 30 à 40 % des budgets formation des entreprises selon une étude réalisée par Syntec Conseil. Nous sommes bien loin, en France, avec seulement 6% des entreprises françaises qui utilisent couramment le coaching. D’où la tendance actuelle que nous constatons en France, où les cadres et dirigeants se financent eux-mêmes leur coaching.

Ces entreprises qui investissent, ont surtout compris une chose : le coaching est rentable pour l’entreprise ! L’accompagnement professionnel d’un salarié ne profite pas seulement à lui-même, tout son environnement en bénéficie. Depuis quand un collaborateur plus impactant, plus efficace, plus engagé et plus sûr de lui est une mauvaise chose pour les résultats d’une entreprise ? Team4 Development le montre très bien, les retours sur investissements sont nombreux pour toutes les équipes.

Une étude HEC Executive Education révèle que 97% des personnes ayant bénéficié d’un coaching recommandent l’approche et 75% considèrent que le coaching à complètement ou largement atteint ses objectifs. Du coté des non coachés, 75% des répondants se déclarent intéressés par l’approche et souhaitent en bénéficier à l’avenir.

L’article

Quelques conseils pour se repérer

Pour beaucoup de mes clients, le déclic se fait par le bouche-à-oreille. Ils ont envie de se faire accompagner, mais ne savent pas forcément vers quel coach se tourner. Voici quelques repères pour vous aider à sauter le pas.

  • Comment se repérer au milieu de tous les cabinets ?  Il est indispensable que le coach ait une certification reconnue (HEC, International Mozaik ou Performance).
  •  Pour dissiper vos craintes, assurez-vous que le cabinet ou le coach ait signé une charte de déontologie : confidentialité, non jugement… Vous pourrez poser vos conditions lors de la prise de contact.
  • Quel format choisir ? Une séance peut être efficace pour une tactique à gérer à court terme. Mais le mieux est d’opter pour un parcours plus complet ciblant vos besoins et vos objectifs : 1 heure par séance pour un cadre ; 2 heures pour les chefs d’entreprise ou  dirigeants. Pour être dans une collaboration continue, votre coach peut être disponible à la demande, entre les séances. Cela permet de traiter immédiatement les problèmes et les questionnements qui émergent, sans les laisser pourrir ou faire grandir votre stress. Cette formule est à discuter en suspend au cas par cas. La seule vigilance doit être que le coaching rend autonome et non dépendant.
  • A quel prix s’attendre ?  Les accompagnements varient selon les besoins et selon le type de financement (personnel ou via votre entreprise)

450 – 550 € pour les entreprises

100 à 150 € pour une séance de particulier.

Alors, vous hésitez toujours ?

Vous souhaitez recevoir des informations sur nos évènements & actualités ? C’est par ici !


En savoir plus